Nous appeler +41 325 40 1791

Haute Horlogerie image

Haute Horlogerie

Girard-Perregaux est l’une des rares Maisons à avoir su conserver son statut de Manufacture depuis plus de deux siècles, ceci grâce à une parfaite maîtrise en interne de toutes les compétences horlogères requises. Nous concevons, développons et produisons tous les composants principaux de nos montres. Nos calibres de Haute Horlogerie rendent visible l’invisible, révélant la facette artistique de l’ingénierie de précision. Le micron, soit le 1/1000e de millimètre, est l’échelle de tolérance de notre production et démontre à lui seul le niveau d’expertise de nos horlogers.

La genèse du Tourbillon sous Trois Ponts

1860

 

Les origines du Tourbillon sous Trois Ponts remontent aux années 1860. Constant Girard-Perregaux bouleverse alors l’horlogerie en transformant le pont, simple composant invisible, en un élément hautement visible qui fait partie intégrante de la montre. Il redessine les ponts en leur donnant une forme de flèche et les dispose en parallèle. Plus de 150 ans plus tard, cette architecture unique du mouvement perdure encore dans la version actuelle de notre Tourbillon sous Trois Ponts, faisant de celui-ci le plus ancien mouvement de l’industrie horlogère encore produit aujourd’hui.

Composants

400 à 600

 

Nos garde-temps de Haute Horlogerie abritent la plupart des complications horlogères les plus sophistiquées qui soient, notamment le tourbillon tri-axial, le planétarium et la répétition minutes. Evidemment, une telle complexité implique un nombre accru de composants. Par exemple, la Répétition Minutes Tri-Axial Tourbillon comprend 518 composants, dont 145 pour la seule cage du tourbillon. Cette complication spectaculaire tourne sur trois axes différents en deux minutes tandis que la répétition minutes offre un son cristallin qui émane de son boîtier en titane.

Composants pour une cage de tourbillon

80

 

Une cage de tourbillon monoaxial Girard-Perregaux totalise 80 composants, alors que son diamètre n’excède pas 13 mm et que son poids est de seulement 0,3 gramme. Ceci permet de mieux apprécier l’échelle et le degré de minutie avec lesquels doivent travailler nos maîtres-horlogers. Le design signature des tourbillons GP – instantanément reconnaissables à leur cage en forme de lyre – a été introduit dans les premières montre de poche conçues par Jean-François Bautte au début du XIXe siècle.

Heures de travail de finition

40

 

Un jeu de trois Ponts d’or requiert 40 heures de travail de finition au sein de notre atelier, soit une semaine complète de travail pour seulement 3 des 310 composants qui constituent une montre La Esmeralda. Les ponts sont anglés, polis, satinés et bercés – autant de techniques exécutées à la main avec des outils traditionnels tels que des bâtonnets en bois, du papier abrasif, des limes en pierre et des pâtes à polir à base de diamant.

Minutes de polissage

10

 

Une simple vis d’un de nos mouvements de Haute Horlogerie requiert 10 minutes de polissage. Réalisé à la main dans nos ateliers, ce processus consiste à maintenir la tête de la vis sur une plaque de zinc préalablement revêtue de pâte diamantine. L’horloger frotte la vis sur cette pâte légèrement abrasive jusqu’à obtention d’un effet miroir. Fidèle à sa quête de beauté – même pour les éléments invisibles, Girard-Perregaux polit chaque vis, y compris celles qui sont dissimulées à l’intérieur du mouvement.

Horloger

1

 

C’est le même horloger qui effectue l’assemblage et les réglages d’une montre de Haute Horlogerie, du début à la fin – une spécificité de Girard-Perregaux. Nos horlogers maîtrisent chacune des étapes, du montage du bracelet au réglage du marteau et des timbres d’une répétition minutes ou encore l’assemblage d’une cage de tourbillon tri-axial. L’horloger garantit ainsi non seulement la continuité de la fabrication mais il apporte également sa touche personnelle au garde-temps et partage, d’une certaine manière, une partie de son âme.